À mon âge on peut tout dire...

Mais surtout ne pas mentir, c'est moche et trop facile !

À mon âge on peut tout dire...

Mais surtout ne pas mentir, c'est moche et trop facile !

(Suite)

J’ai été syndicaliste à la CGT chez Renault, Animateur au Comité d’Entreprise où ai ouvert et animé un atelier de moulage de Canoës et Kayaks en polyester stratifié pour le Service des Vacances Familiales. [J’avais appris le travail du moulage polyester quelques années plus tôt lors d'un « passage » de quelques mois à l’entreprise PlastiForest d’Avrillé] Grâce à l’aide du puissant Comité d’Etablissement Renault et après quelques stages spécialisés au C.E.M.E.A [Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Actives] dans la fonction d’animateur gestionnaire de Villages Vacances Familiales j’ai dirigé plusieurs années durant des structures de loisirs d’été pour les C.E. de Renault Flins et de Billancourt [en Lozère, Tarn, Ardèche, Cévennes etc.] et j’ai enfin pu me pencher sur le problème qui me torturait toujours l’esprit: L’étude de cette saloperie de maladie alcoolique ?

Et c’est ce que j’ai entrepris, en ambulatoire à l’UFR d’Amiens Picardie Jules-Verne. Je suis devenu Alcoologue confirmé après deux années d’études et de stages, puis reconnu Membre expert Consultant de la Société Française d’Alcoologie [SFA] à Paris, Membre actif du Haut Comité d’étude et d’Information sur l’Alcoolisme [H.C.E.I.A) et du CDPA de Versailles dirigé par mon délicieux ami Jean-Paul Manaranche. Simultanément j’avais, avec la collaboration de ma DRH Renault Flins créé ESPAM [Espérance et Amitié] au sein de cette usine, pour la gestion sociale et la prise en charge des conduites alcooliques en milieu de travail. Je suis devenu à ce titre après avoir été totalement détaché de mes autres emplois, une sorte Assistant du Service-Médical-Usine [quatre Médecins et 4 A.S. sur le site] dans ce domaine bien particulier de la prise en charge du risque alcool et des autres toxicomanies en milieu industriel. Notre usine atteignait à ce moment-là, les 22 000 salariés !

Ceci jusqu’à la fin de ma modeste carrière chez Renault

Dans un même temps, l’entreprise m’avait chargé pendant quelques années d’organiser la gestion, la maintenance, les remplacements et les achats de vaisselles et matériels de Grande Cuisine ainsi que le suivi des analyses bactériologiques pour les trois restaurants internes de l’usine [1850 couverts/jour].

J’ai animé l’association ESPAM pendant dix ans au sein de l’Usine de Flins. On m’avait attribué des locaux hors de l’enceinte de production où je pouvais recevoir des malades alcooliques et leurs familles. Je fonctionnais comme un Centre Social. Un véhicule de service R4L était mis à ma disposition et remplacé chaque six mois, des bicyclettes pour les déplacements dans les ateliers ainsi qu’une ligne téléphonique reliée sur l’extérieur.

Avec mon équipe équipe de 12 militants d’atelier que l’on avait partiellement détachés (comme des délégués) de leur poste à raison de 20 heures/mois], nous avons pris en charge, suivi, hospitalisés quand ce fut nécessaire plus de 400 malades alcooliques et toxicomanes.

Puis un jour j'ai fait la connaissance lors d’une réunion de groupe et j’en suis devenu plus tard le président, de la FITPAT [Fédération Française Interprofessionnelle pour le Traitement et la Prévention de l’Alcoolisme et Autres Toxicomanies] regroupant une vingtaine d'associations similaires à la mienne, nées elles aussi au sein de grosses entreprises nationales (SNCF, PTT, RATP, EDF, PEUGEOT, POLICE NATIONALE ET CRS, AIR FRANCE, INSTITUT GÉOGRAPHIQUE NATIONAL, MUNICIPALITÉ DE LORIENT, BREST, CHERBOURG, LYON, ST ETIENNE, etc.) Cette Fédération en plein essor [après huit années d'existence] a hélas, dû cesser son activité en 1992 après qu’un certain Martin Hirsch, tout jeune émoulu Conseiller de la CNAM de l’époque, nous ait fait supprimer (à nous et quelques autres) notre subvention de fonctionnement… La vache !

J’ai enseigné l’Alcoologie dans plusieurs unités du Groupe Renault et aussi au sein des diverses entreprises précitées. J’ai été invité souvent à coanimer des conférences sur le sujet dans de nombreuses structures industrielles ainsi que dans des municipalités (Les Mureaux, Lorient, Lyon, St Etienne etc., ainsi que pour la Police Nationale et CRS sur le Site de l’ANAS au Courbât, (Le Liège Indre et Loire) dans des stages de formation de soignants et médecins également.

Après ma retraite en 1993, j’ai continué en accord avec la Direction de gérer bénévolement ma chère association ESPAM, sur le site de l'entreprise jusqu’en 2002. Je n’avais plus le véhicule de service, mais j’avais une carte de retrait de carburant dans la station-service de l’Usine, pour alimenter mon véhicule personnel.

En 2004, un peu poussé dehors (à peine !) en raison d'énormes problèmes de restructuration de l’entreprise et n’ayant plus de véritables appuis hiérarchiques dans la boutique, j’ai cessé définitivement et avec un énorme regrèt mes activités alcoologiques et nous avons décidé mon épouse et moi de retourner finir nos vies en Anjou où nous les avions commencées…

Nous nous sommes sans difficulté établis entre Angers et Avrillé dans un superbe appartement d’une résidence privée. (Les fenêtres donnant au Sud et à l’Ouest bien sûr !) et j’y habite toujours avec autant de plénitude. Je ne m’en irai jamais d’ici et j’y mourrai centenaire, c’est gravé quelque part dans le schiste angevin !

J’ai adhéré peu de temps après ce grand retour, à l’Association « Les Habitants du Quartier Saint-Lazare » à Angers en 2005. J’en suis une fois (la encore), devenu le Président en 2007 et j’y ai servi 7 ans avec le plus grand bonheur.

J’ai hélas, perdu ma chère épouse en le premier janvier 2009 à la suite d’un affreux et rare accident cardiaque, une C.I.V (communication interventriculaire, "la Maladie bleue" des jeunes enfants…) Elle avait 72 ans mon Odile…

J’ai, à mon tour en 2011 vu gratifier mon vieux cœur d’une valve aortique. Et ma poitrine étant restée béante quelques instants, les chirurgiens du C.H.U. d’Angers en ont profité (merci quand-même), pour me pratiquer un double pontage coronaire non programmé au départ m'enfin ! (détail sans importance, sans souffrance et sans préjudice subséquent)

Au repos désormais je ne suis plus que le Vice-président de l’association du quartier depuis 3 ans. Ouf !

J’ai aussi (pour finir peut-être ?), reçu une Prothèse inversée de l’épaule gauche le 14 novembre 2015 après qu’un putain de camion m’ait, corps et vélo électrique, balancé à sept mètres d’une piste cyclable où je pédalais gaiement… Ça a coûté en ma faveur une indemnisation de 40 000 euros aux assurances et en prime et moins plaisant, 70 % de perte de l'usage normal de mon bras gauche, mon meilleur, je suis droitier heureusement !

J’ai, nom de Dieu dans la foulée, posé une boule de volant à ma Clio et fait don de mon corps à la Science puis j’ai racheté un autre vélo pour le sport ! Non mais ?

Voilà où j’en suis en ce mercredi 18 avril 2021 à 18h15. Tout cela fait quand-même pas mal de souvenirsen magasin mais mon tempérament de touche-à-tout et d’ancien « bon à rien » me pousse encore à fouiner…

J’ai toutefois la satisfaction de pouvoir m’inviter dans un grand nombre de conversations et de pallier quand cela s’avère nécessaire à quasiment tous les aléas de la vie courante sauf, pour ce qui présentement demeure la bonne manière d’éviter le Covid, je suis vacciné mais celà m’embête un peu…

J’avais mis en chantier le présent site internet au lendemain de mes 80 ans, en même temps que Facebook d’ailleurs et sur le harcellement permanent de mes enfants et leurs enfants tous étonnés par mon indigence.  mais il n’en finit pas de se garnir ce foutu machin ! Le temps me manque évidemment, mais on ne peut être partout et au Covid !

Je n’arbore désormais plus qu’un seul slogan « Rien sans Amour » et je n’ai qu’une seule et primordiale obsession « optimiser » !

J’ai sûrement dû oublier quelque chose quelque part, si cela me revient je vous ferai signe. Ou si parmi vous quelqu’un m’ayant reconnu pourrait apporter des détails, je les publierai avec bonheur…

Ma mémoire il me faut bien le concéder, s’évapore sensiblement depuis peu, comme il en est de tout ce qui passe de l’état solide à l’état liquide et j’ai bien même l’impression que la Mère Alzhé me fait de l’œil de temps en temps, ce qui n’aurait rien d’anormal en raison de mon âge, Ma mère à commencé à "débloquer" à 85 ans !

Vous me trouverez également sur Face-de-Bouc sous le célèbre pseudonyme :

vincentdavrillé

Au revoir si possible !

 

 

Cela étant aimablement évoqué il va me falloir continuer le remplissage de ce site avec le matériel que j'ai démonté d'un précédent qui ne me plaisait plus. Cela va dans les jours à venir s'ajouter à ces pages